Forum de pronostics sportifs spécialisés dans le Football | Tennis | NBA _ Sam 10 Déc - 10:51

anipassion.com

    LES TRANSFERTS : mode d'emploi

    Partagez

    jc_dusse
    Selectionneur
    Selectionneur

    Messages : 1136
    Localisation : Le Mans

    LES TRANSFERTS : mode d'emploi

    Message  jc_dusse le Sam 17 Déc - 19:01

    Les transferts NBA : approche de base

    Alors que la NBA reprend ses droits le 25 décembre, la période précédant l'entame de la saison correspond au marché des transferts.

    Explications des nouvelles mesures concernant les transferts, et résumé de ces derniers jours d'excitations.

    Amnesty clause

    Le lock-out officiellement terminé, plusieurs joueurs ont déjà changé d'équipe.
    Par exemple, Chauncey Billups, 35 ans et joueur phare de la NBA ces dix dernières années, a été le premier à pâtir des nouvelles mesures corollaires au lock-out. Son ancienne équipe, New York, a exercé sur lui, l'amnesty clause.

    Cette nouvelle règle permet tout simplement de "couper" ou "mettre en vente" pour faire simple, le joueur.

    Ainsi, l'acquisition du joueur "coupé" est soumis à un système d'enchères pour connaître sa nouvelle destination.

    Pour Billups, ce sont les Los Angeles Clippers qui ont emporté l'enchère.

    Echanges de joueurs

    Une autre mesure importante de la nouvelle convention collective signée par les joueurs et propriétaires concerne les échanges de joueurs.

    Le montant des salaires perçus dans le "trade" ou "échange"ne doit pas excéder 150% du montant envoyé. Contre 125% la saison dernière. Ceci tout simplement pour des raisons d'équité, la ligue n'autorise pas les transferts à tout va.

    Le système des transferts NBA est régi par des règles très complexes qui permettent aux petits marchés (Minnesota, Toronto, Portland, Sacramento) de faire face aux franchises richissimes
    (New York, Miami, Los Angeles Lakers).

    Et dans cette période très agitée pour les propriétaires de franchises et autres managers, de nombreux mouvements de joueurs sont à noter depuis l'ouverture du marché des transferts le 9 décembre.

    Le gros "coup" du moment, c'est la signature de Lamar Odom, élu sixième homme de la saison dernière, et Vince Carter aux Mavericks de Dallas, champion en titre.

    Dallas réussi là un grand coup puisqu'ils héritent de Odom, sans aucune contrepartie à donner. (hormis leur choix dans un tour de "draft*" qu'ils ont donné aux Lakers)

    En réalité, ce n'était pas aux Mavs qu'il devait être envoyé, mais aux Hornets de la Nouvelle-Orléans dans le cadre d'un échange avec la star de la NO Chris Paul.

    Le fantastique meneur est sur toutes les tables de discussions en ce moment, et un échange comprenant donc Lamar Odom notamment et Chris Paul devait être opéré avant que le NBA ne pose
    son veto.

    A-t-elle eu le droit de faire cela? Nul ne sait, cependant, la NBA, propriétaire des Hornets depuis quelques mois, ne laissera pas le transfert de la star se faire sans le moindre mal pour des "raisons baskets" évoquées par David Stern, le commissionaire de la ligue.

    Paul, finalement sera échangé et posera donc ses valises chez l'autre club de Los Angeles, les Clippers, un peu à la surprise générale et sans comprendre pourquoi le transfert à cette fois-ci été acté par Stern alors que l'offre était sensiblement comparable à celle faite par les Lakers précédemment.

    Jusqu'à la date de fin des transferts, fixée cette saison au 15 mars, le mercato risque d'être plus que jamais intense en cette saison écourté à 66 matchs.

    Draft* : La draft de la NBA est un événement annuel majeur dans la ligue de basket-ball nord-américaine.

    Elle est comparable à une bourse de joueurs qui vont débuter dans la ligue (elle se déroule en 2 tours) : lors d’une soirée où sont réunis le commissaire de la NBA et les dirigeants des 30 équipes, chaque équipe va sélectionner à tour de rôle un joueur issu de l’université, du lycée, ou de l’étranger. (l'ordre de choix se base sur le classement de la saison passée, la 30e équipe de la NBA aura théoriquement le choix N°1 parmi tout les joueurs présentés à la "draft")

    La draft est le point d'entrée principal pour la majorité des joueurs évoluant en NBA.

    exemple : en 2009 les Clippers avaient le 1er choix lors de la draft : ils ont choisi Blake Griffin, actuellement l'un des tout meilleurs joueur à son poste.

    Souhaitant vous avoir éclairé sans trop rentrer dans le détail.


    _________________
    Oublie que tu n'as aucune chance, fonce.Sur un malentendu ça peut marcher.

    Pleo
    Selectionneur
    Selectionneur

    Messages : 2011
    Localisation : Domaine de Luchin

    Re: LES TRANSFERTS : mode d'emploi

    Message  Pleo le Sam 17 Déc - 20:03

    Un big MERCI pour cette explication sur les transferts NBA, toujours aussi compliqués... Wink


    _________________
    www.pronosport.eu
    Facebook

    jc_dusse
    Selectionneur
    Selectionneur

    Messages : 1136
    Localisation : Le Mans

    Re: LES TRANSFERTS : mode d'emploi

    Message  jc_dusse le Ven 23 Déc - 18:31

    La notion de plafond salarial ou pour les bilingues Very Happy "salary cap"

    Pour éviter la suprématie des équipes les plus riches (à l'image des Boston Celtics et de leurs 8 titres consécutifs obtenus dans les années 1960), la ligue a décidé de mettre en place un plafond salarial qui empêche les équipes de dépasser une masse salariale fixée par la NBA.

    Les exceptions

    Une fois que l'équipe a dépassé le plafond salarial, elle n'a le droit de signer que des agents libres au minimum salarial et les rookies qu'elle a sélectionnée lors de la draft ;

    Chaque équipe dispose également du Low Level Exception (LLE) et du Mid Level Exception (MLE), mettant à disposition respectivement 1M $ et 5M $ afin de signer un ou plusieurs joueurs sans tenir compte de la masse salariale. Suspect

    La Larry Bird exception permet à une équipe de prolonger le contrat d'un joueur sans tenir compte de la contrainte du plafond salarial. Cette exception a été instaurée lors de la reconduction de Larry Bird aux Boston Celtics.

    De plus, les contrats des joueurs sont protégés : si un joueur est licencié avant la fin de son contrat, il touchera le montant restant de son salaire et sa masse salariale continuera alors de peser sur l'équipe jusqu'à la fin de son contrat.

    Les équipes sont contraintes de respecter une masse salariale minimale.

    la Luxury tax.

    Il existe au-delà plafond salarial un autre plafond sur la masse salariale, beaucoup plus contraignant : si la masse salariale du club dépasse 61,7 millions de dollars, la somme au-delà de ce palier sera taxé à 100 % (pour un dollar versé, le club paie un dollar de taxe).


    _________________
    Oublie que tu n'as aucune chance, fonce.Sur un malentendu ça peut marcher.

    Contenu sponsorisé

    Re: LES TRANSFERTS : mode d'emploi

    Message  Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 10:51


      La date/heure actuelle est Sam 10 Déc - 10:51